Claude Guillon et le procès en appel de Jean-Marc Rouillan
  Theme(s) Antifascisme - Presse - Répression -  
  23-04-2017 16:34
Auteur : Frank
 
 
  Claude Guillon, le principal témoin à charge, ne s’est pas présenté au procès en appel de Jean-Marc Rouillan

La « justice » ne lambine pas en France, surtout en période électorale et en pleine hystérie sécuritaire. Il convenait donc de faire un exemple avec Jean-Marc Rouillan, condamné en première instance à huit mois ferme pour apologie du terrorisme et à quelque 9000 euros de dédommagement des « victimes » de son « apologie du terrorisme ».
 
     
  Mais ce n’était pas encore suffisant : dans le procès en appel organisé dans la précipitation par l’Etat pour que ça coïncide avec l’élection présidentielle et sa surenchère anti-terroriste, la justice aux ordres va encore plus loin en réclamant pas moins de deux ans de prison dont un an assorti d’un sursis avec mise à l’épreuve et portant la somme de sa « punition » à près de 40000 euros ! La liberté d’expression est un droit fondamental, Jean-Marc Rouillan Rouillan en a fait usage dans une interview. Ces propos ont été transformés en apologie d’un acte de terrorisme. La liberté d’expression ne peut être un droit à géométrie variable, réservé aux seuls gouvernants. Le contexte émotionnel fort qui conduit à engager des poursuites pour apologie d’un acte de terrorisme est précisément celui auquel la justice doit savoir se soustraire.

De quoi s’agissait-il ?

« Qui est renseigné sur les engagements passés et présents de Jean-Marc Rouillan ne peut penser un seul instant que ce dernier puisse défendre, de quelque façon que ce soit, ce que représentent Daesh et l'EI. À moins d'un soudain excès de folie. Et de folie il n'est pas question ici, l'écoute de l'entretien donné sur Radio-Grenouille ce 23 février confirme, si besoin est, de la lucidité du gars. Sur ce point-là déjà soyons rassurés, sa fidélité à son combat de militant communiste révolutionnaire contre toute forme d'impérialisme, contre toute forme de pouvoir étatique se construisant sur la contrainte des corps et des esprits, reste vive, déterminée, et joyeuse.

Ce qui donc mérite d'être étudié, sont les raisons de cette furie médiatique : comment se construit-elle (organisation des mensonges et des approximations), dans quel contexte, pourquoi...

Car si la phraséologie produite par les rouages communicationnels de la domination est vulgaire, et surprend par son obscénité, derrière chaque nouvelle poussée de l'obscène une intelligence est à l'œuvre contre notre liberté d'expression.

Lorsqu'on écoute cet entretien, on comprend très vite que le hiatus n'est pas, à proprement parler, sur ce qui se dit sur Daesh (grosso modo, interviewé et intervieweurs sont d'accord sur l'inacceptabilité de ce que propose cet « état » islamique et des moyens employés). Par contre, ce qui pose très vite problème, est le refus de Jean-Marc Rouillan d’accepter le cadre même de la discussion proposée (qu'être contre Daesh ne peut signifier qu'être du côté de ce contre quoi Daesh se mobilise, c'est-à-dire la France démocratique) et l'assignation qui, conséquemment, lui est faite : être un porte-parole de cette démocratie blessée. »

 https://blogs.mediapart.fr/laurent-cauwet/blog/170316/qui-peur-de-rouillan

Voir aussi :

 https://www.change.org/p/ministre-de-la-justice-soutien-à-jean-marc-rouillan

 http://www.lesinrocks.com/2016/06/25/actualite/proces-de-jean-marc-rouillan-suis-contre-france-contre-daech-11849596/

 http://www.revolutionpermanente.fr/Jean-Marc-Rouillan-condamne-a-8-mois-ferme

 http://blogyy.net/2016/06/25/revolution-ou-terrorisme/

Déjà, le procès de notre camarade Jean-Marc Rouillan avait eu lieu sans que se soit manifesté son principal témoin à charge, l’ex-libertaire repenti Claude Guillon, qui avait pourtant épluché le dossier avant même la Justice et la mise en accusation de Jean-Marc et accumulé une quantité impressionnante de charges contre l’ancien militant d’Action directe. On attendait donc au moins sa présence au tribunal pour développer son réquisitoire aux côtés des parties civiles, de la proc et des juges. Un réquisitoire qui annonçait la couleur sans fioritures :

 https://lignesdeforce.wordpress.com/2016/03/21/jean-marc-rouillan-doit-se-taire-non-parce-que-letat-le-lui-impose-mais-parce-que-les-enormites-qui-sortent-de-sa-bouche-nuisent-a-la-cause-quil-pretend-defendre-et-a-lui-meme-acc/

La sentence était tombée, suivant point par point les instructions de Claude Guillon, mais ce dernier n’était pas là pour savourer son triomphe. Pourtant, tous les arguments y étaient, avec en supplément un bonus spécialement adressé aux « révolutionnaires » au cas où l’appel du pied à la magistrature ne suffirait pas. On remarquera que la hargne de l’apprenti procureur ne s’adressait pas seulement à Jean-Marc, mais à l’ensemble des camarades qui ont eu l’outrecuidance de lui manifester une solidarité sans demander auparavant sa permission…

En appel, Claude Guillon s’est encore fait porter pâle, c’était pourtant l’occasion d’enfoncer le clou et d’essayer de nous convaincre de l’utilité de retourner sa veste. Peut-être sera-t-il là pour le verdict, le 16 mai ? Ce serait pour nous l’occasion de lui donner la réponse du berger à la bergère :

Quand Monsieur Guillon prétend que les propos de Jean-Marc « nuisent à la cause qu’il prétend défendre, et à lui-même accessoirement [sic] », en réalité, il veut dire des propos qui le dérangent lui, Claude Guillon, car en quoi la « cause » que défend Jean-Marc aurait quelque chose à voir avec la « cause » que défend Guillon ? Il faudrait que ce triste personnage arrête de parler de la « cause » des autres À LEUR PLACE ! Il y a longtemps que Guillon n’a plus rien à voir avec nous, il faudrait aussi qu’il cesse de se substituer au juge d’application des peines, qui est plus modéré que lui !

« Jean-Marc Rouillan, tu as besoin de murir longuement chaque phrase : allons tant mieux ! Tu es meilleur à l’écrit qu’à l’oral : ça tombe à merveille : tu écris des livres. Tu ne voudrais pas être contre-ténor à l’opéra, aussi ? Tu sais parfaitement ce qu’il faut penser des journalistes bourgeois : tiens t’en éloigné ! Tes problèmes identitaires — qui n’en a pas ! — fais-en des romans, ou réserve-les à un(e) psy : il n’y a pas de honte !

Bref, par pitié, pour toi et pour les autres : FER-ME-LA ! »

Pour paraphraser Guillon, on pourrait lui rétorquer :

« Par pitié, Guillon, au nom du respect pour les gens honnêtes, ne te crois l’avocat de personne ! Ne plaide aucune cause ! Laisse tomber la politique, tu n’as aucune disposition ! Tu es aussi mauvais à l’écrit qu’à l’oral, mais continue quand même à écrire des livres, comme on ne les lira pas ça ne nous portera pas préjudice. Mais, par pitié pour les autres, FER-ME-LA ! Ou mieux : SUICIDE-TOI, au lieu de donner le « Mode d’emploi » pour le suicide des autres. On se charge de l’épitaphe :

In memoriam Claude Guillon

Le spécialiste du suicide des AUTRES a fini par s’appliquer à lui-même cette méthode radicale. Le brillant intellectuel a voulu mettre fin à une vie faussement rebelle et au final totalement décevante, au point qu’il a fini par rejoindre ce qu’il y a de pire dans ce qu’il avait fait semblant de combattre quand il était « jeune », singeant avec quelques années de retard dans sa dérive populiste le parcours des Geismar, July, Cohn-Bendit, Goupil et autres Coleman.

Pour le soutien à Jean-Marc :

 http://www.bboykonsian.com/Proces-en-appel-de-Jean-Marc-Rouillan-le-18-avril-2017-a-Paris_a3643.html
 
     
   
  > Ajouter un commentaire  
   
> Ajouter une traduction à cet article
> Télécharger l'article au format .PDF
> Envoyer cet article par e-mail
    ridicule trollage 2017-04-23 19:05    
  ridicule trollage  
  ridicule trollage  
    Acharnement contre Jean-Marc Rouillan 2017-04-23 22:43    
  Jean-Marc Rouillan. Un procès en appel en catimini, en aucun cas sur le délit retenu, un risque grave pour sa liberté. C’est bien le militant qui est jugé et non ses paroles. Se mobiliser dès maintenant, être là le au verdict le 16 mai ...

Nous avons appris au dernier moment la tenue du procès en appel.
La date a été choisie en plein délire médiatique pour les élections.
C’est bien un procès en catimini qui a été organisé.

Le procès n’a de nouveau pas abordé le problème de l’apologie.
Normal, il n’y a pas d’apologie.
C’est donc l’homme, le militant qui est attaqué.
Et l’attaque est à la mesure de la violence de l’Etat contre lui.

Le procureur a demandé, mardi 18 avril 2017, deux ans de prison,
dont un an assorti d’un sursis avec mise à l’épreuve.

La décision sera rendue le 16 mai.

Tout avait été essayé pour dénoncer ce déni de justice.
Notre pétition indiquant qu’il n’y avait pas apologie
a été largement signée.

Nous avions mis à disposition l’ensemble de l’interview.
Chacun pouvait sur pièce juger avant de signer.

La Ligue des droits de l’homme, elle-même et d’elle-même, sans aucune sollicitation
avait dénoncé cette grave atteinte à la liberté le 8 septembre 2016.

Aujourd’hui, nous demandons aux signataires et à tous ceux qui s’étaient mobilisés
de reprendre contact pour nous organiser et protéger Jean-Marc Rouillan.

Il n’y a pas d’apologie,
Il ne peut y avoir de condamnation.
Jean-Marc Rouillan ne doit pas retourner en prison.

Communiqué de LDH :

La liberté d’expression est un droit fondamental

 http://www.ldh-france.org/liberte-dexpression-droit-fondamental

Depuis que l’infraction pour apologie du terrorisme a été retirée de la loi sur la presse de 1881 pour être transférée dans le Code pénal, les inculpations se sont multipliées, souvent en comparution immédiate, et ont fait l’objet de condamnations très sévères.

Jean-Marc Rouillan, cofondateur d’Action directe, condamné pour assassinats et en liberté conditionnelle depuis 2012, fait aujourd’hui l’objet de poursuites pour avoir tenu, dans une interview, des propos présentés comme une apologie publique de terrorisme. Il sera jugé le 1er juin.

Quelle que soit l’appréciation que l’on ait sur ces propos et sur leur pertinence, ils relèvent du libre débat et ne peuvent être considérés comme une apologie des actes de terrorisme. En engageant ces poursuites, le parquet ne demande pas de sanctionner une apologie, il tente d’interdire une opinion dont il déforme sciemment le sens. Si l’on suit le parquet dans sa volonté de limiter la liberté d’expression aux seules opinions convenues, choquer ou critiquer deviendra bientôt un délit.

La liberté d’expression est un droit fondamental, c’est pourquoi les poursuites contre Jean-Marc Rouillan doivent être abandonnées.

Paris, le 31 mai 2016

Notre pétition

 https://blogs.mediapart.fr/florence-allegre/blog/230616/appel-pour-labandon-des-poursuites-contre-jean-marc-rouillan

APPEL A L’ABANDON DES POURSUITES CONTRE JEAN-MARC ROUILLAN POUR APOLOGIE PUBLIQUE D’UN ACTE DE TERRORISME

La liberté d’expression est un droit fondamental, Jean-Marc Rouillan en a fait usage dans une interview.Ces propos ont été transformés en apologie d’un acte de terrorisme.

La liberté d’expression ne peut-être un droit à géométrie variable, réservé aux seuls gouvernants.

Le contexte émotionnel fort qui conduit à engager des poursuites pour apologie d’un acte de terrorisme est précisément celui auquel la justice doit savoir se soustraire.

C’est pourquoi les poursuites contre Jean-Marc Rouillan doivent être immédiatement abandonnées.
« Il n’y a de liberté pour personne s’il n’y en a pas pour celui qui pense autrement » Rosa Luxemburg

Collectif Pour l’abandon des poursuites contre Jean Marc Rouillan

Gilbert Achcar, politologue, Jean Charles Agboton-Jumeau, critique d’art, José Alcala, réalisateur, Pierre Alferi, écrivain, Jean-Claude Amara porte-parole Droits devant, Amandine André, écrivaine, Stéphane Arnoux, cinéaste, Alima Arouali cinéaste, Nathalie Arthaud, porte-parole de Lutte Ouvrière, Jean Asselmeyer, cinéaste, Edith Azam, poétesse, Olivier Azam, cinéaste, BBoyKonsian, label rap, Alain Badiou, philosophe, Etienne Balibar, philosophe, Manuel Barbeito, sculpteur, Eugénie Barbezat, journaliste Aligre FM/ l’Humanité, Patrice Bardet, syndicaliste (59), Jean-Jacques Barey, opérateur culturel, Emmanuelle Bastid, bibliothécaire, Jean-Pierre Bastid, cinéaste, Luc Benazet, écrivain, Stéphane Berard, artiste, David Berganout, réalisateur, Véronique Bergen, écrivaine, Jérôme Bertin, écrivain, Olivier Besancenot, porte-parole du NPA, Nathalie Bianchi, Professeure Université Aix Marseille, Marie Billerot, éditrice, Rudolf Bkouche, Universitaire, Julien Blaine, poète, Jean Paul Blondeau, directeur de recherche INSERM (retraité), Félix Boggio Éwanjé-Épée, revue Période, Jacques Boisset, philosophe, Manon Boltansky, restauratrice d’œuvres d’art, Bernard Bolze, militant associatif, Saïd Bouamama, sociologue, Florence Boubekri, militante NPA, Brigitte Boulier, enseignante, Sébastien Boulinguez, syndicaliste, Alima Boumediene, avocat, Mustapha Boutadjine, plasticien, Alexandre Braud, avocat, Rony Brauman, médecin, Billie Brelok, rappeur, Nicole Brenez, professeure études cinématographiques, Sebastian Bugden, éditeur Verso Books, Michel Butel, écrivain, Pierre Carles, réalisateur, Benoît Casas, auteur-éditeurCasey, rappeur, Alain Castan, éditeur, Carmen Castillo, cinéaste, Laurent Cauwet, éditeur, Bernard Cavanna, compositeur, Nat Cazarré, directeur de Ekaitza, Jean-Philippe Cazier, écrivain, Manuel Cervera-Marzal, sociologue, Pierre Chopinaud, écrivain, Alexandre Civico, écrivain éditeur, Pascal Colé, journaliste, Jean-Louis Comolli, cinéaste, Philippe Corcuff, maître de conférences IEP de LyonMarie Claire Cordat, artiste, Annick Coupé, syndicaliste, Sylvain Courtoux, écrivain, Léon Crémieux, syndicaliste, Pierre Crétois, philosopheMarie Croze, éditrice, Laurent Cusey, syndicaliste, Marcel Debauche, retraité , Courrières (62), André Delcourt, maire PCF de Calonne-Ricouart 1983 à 2014, ex-conseiller général du Pas-de-Calais, Christian Delépine, ex-conseiller prud’homal CGT (62), Sameh Dellaï, philosophe, Pauline Delprat, directrice de casting, Laurene Denimal,artiste, Christophe Dero, ouvrier (62), Eric Descamps, ex militant de la LCR .(62), Daniel Dewalle, PCF Houdain (62), Rokhaya Diallo, journaliste, Thierry Discepolo, éditeur, Jean Douchet, cinéaste, Anne Dufour, militante associative (Iparalde), Cédric Durand, économiste, Driss El Kherchi, président de l’ATMF, Bruno Drweski, enseignant-chercheur, militant ARAC, Franck Dupont, syndicaliste Sud Education (59/62), Cédric Durand, économiste, Daniel Edinger, cinéaste, Editions Syllepse, Stéphanie Eligert, écrivaine, Frédéric Erard, syndicaliste, Annie Ernaux, écrivaine, Marie-Christine Etelin, avocate honoraire, Sophie Etienne, chercheure associée Univ. Lille, EA4354 – CIREL, Eva Feigeles, monteuse de films, Guy Ferdinande, artiste auxiliaire, Alexandra Frénod, CNRS, Jacques Gaillot, évêque, Anne de Galzain, cinéaste, Sylvie Garbarz, membre Collectif de soutien à la résistance palestinienne 59, Antoine Garcia,directeur d’Établissement médico-social, Franck Gaudichaud, politologue, Didier Gayant, militant (62)Fabrice Genestal, cinéaste, Georgio Pennequin, écrivain, Liliane Giraudon, poétesse, Jean-Marc Gleize, écrivain, Dominique Grange, chanteuse, Alain Gresh, journaliste, Serge Grossvak, Union des Juifs pour la Résistance et l’entraide, Caroline Guibet Lafaye, philosophe sociologue, Laure Guillot, productrice, Laëtitia Hamel, ingénieur en dispositif de formation adultes, Stéphane Hardy, Porte parole comité Libérez-Les 59/62, Eric Hazan, éditeur, Christophe Herin, enseignant, Marie Hermann, éditrice, Hervé Heurtebize, syndicaliste, Joël Hubaut, artiste, Rada Ivekovic, philosophe, Manuel Joseph, écrivain, Alain Jugnon, philosophe, Leslie Kaplan, écrivaine, Laurence Karsnznia, réalisatrice, Anne Kawala, écrivaine, Razmig Keucheyan, sociologue, Kino, cinéma Lille, Jacques Kmieciak, journaliste (militant CGT Pas-de-Calais), Stathis Kouvelakis, philosopheGabriel Krause (59), Jacques Lacaze, médecin – chercheur, Jeannie Lacoste, philosophe, Thomas Lacoste, cinéaste, Mourad Laffitte, réalisateur, Arlette Laguiller, porte-parole de Lutte Ouvrière, Marie Laigle, éditrice, Iwan Lambert, comédien, Mikel Lapeyre, journaliste, Sylvain Laurens, sociologue, Serge Laurent, syndicaliste, Stéphane Lavignotte, pasteur, Lax, rappeur, Sylvain Lazarus, anthropologue, Joël Le Jeannic, Syndicaliste Sud, Jean-Yves Lesage, ouvrier du livre, militant CGT, Fabienne Letang, artiste, Laure Limongi, écrivaine, Pierre Linguanotto, cinéaste, Claude Lucantis, Comité Solidarité Basque Lille, Lorette Lucantis, enseignante retraitée, Stella Magliani-Belkacem, éditrice (La fabrique éditions), revue Période, Christian Mahieux, cheminot syndicaliste, Philippe Marlière, politologueXavier Mathieu, comédien CGT Conti, Sandrine-Malika Messaoudi, écrivain, Jean Henri Meunier, cinéaste, Bechir Mezni, économiste, Natacha Michel, écrivaine, Jacques-Henri Michot, écrivain, Thierry Milhomme, éducateur (62), Marie-Josée Mondzain, philosophe, José-luis Moraguès, universitaire, Bruno Morand, militant communiste marxiste léniniste, Jean-Luc Mouliène, artiste, Alexandre Moumbaris, directeur de publication - Editions Démocrite, Chiara Mulas, artiste, Myr Muratet, photographe, Frédéric Mustar, informaticien, Méricourt (62), Olivier Neveux, universitaire, Bernard Noël, écrivain Prix National de Poésie 1992, Stéphane Nowak Papantoniou, poète, Paul Obadia, enseignant docteur en cinéma, Philippe Olivera, éditeur, Original Tonio, rappeur, Jean Pierre Page, syndicaliste CGT, Aline Pailler, journaliste, Ugo Palheta, sociologue, Georgio Passerone, maître de conférences, Florence Pazzotu, écrivaine, Etienne Penissat, sociologueCharles Pennequin, écrivain, Anita Perez, monteuse de films, Marc Perrin, écrivain, Primaël Petit, conseiller municipal St Herblain, Gauche Indépendantiste Bretonne, Lucien Petit, Lieu Auto Géré (LAG) , Liévin (62), Clément Petitjean, éditeur, Serge Pey, poète, Philippe Pignarre, éditeur – écrivain, Alain Pojolat, syndicaliste, Polak, rappeur, Chantal Portaux, militante des Amis d’Edward GierekPremière Ligne, groupe Rap, Christian Prigent, écrivain, Serge Quadruppani, écrivain, Nathalie Quintane, écrivaine, Jean Rabinovici, journaliste, Tancrède Ramonet, cinéaste, Isabelle Rimbert, journaliste, Gaêl Roblin, porte-parole de la Gauche Indépendantiste Bretonne, Daniel Rougerie, bloggeur (59), Pierre Rousset, Europe solidaire sans frontières, Ryam, rappeur, Catherine Samary, économiste, Fernando Sanchez, Euskal Herria, Sept VII, rappeur, Skalpel, rappeur, Thomas Sommer-Houdeville CCIPPP - flottille pour Gaza, Pierre Stambul, co-président de l’UJFP, Bernard Stiegler, directeur de l’Institut de recherche et d’innovation, Daniel Stolla, gynécologue obstétricien Médecins du Monde, Jean-Marie Straub, cinéaste, Michel Surya, Prix Goncourt Biographie Fondateur revue Lignes, Farid Taalba, écrivain, Michel Tabanou, artiste, Grégory Tahar-Chaouch, chômeur, Lille (59), Jacques Tardi, dessinateur, Anne-Lise Teneul, journaliste - Lens, Jean Pierre Thorn, cinéaste, Georgette Tournel, Alliance rouge et noire (62), Dominique Tricaud, avocat, Marcel Trillat, cinéaste, François Tronche, directeur de recherche CNRS, Robert Valbon, metteur en scène, Pascal Verroust, producteur, Jean-Jacques Viton, écrivain, Michel Vuaillat, syndicaliste, ex-ouvrier du textile, secrétaire de l’Union communiste, Bernard Ripert, avocat, Michel Warschawski, journaliste, Luc Weingartner, syndicaliste, Gautier Weinmann, militant rouge (62), Yannis Youlantas, cinéaste écrivain, Armand Zvenigorosky, violoncelliste et militant.

Associations, partis politiquues etc...

Action Antifasciste Marseille, Action Antifasciste NP2C, Action Antifasciste Tolosa, Alliance rouge et noire, Alternative Libertaire, Alternative Libertaire Clermont Ferrand, Avocats Debout (collectif), Cellule Révolutionnaire Antifasciste d’Auvergne, CNT HPBB (Hôpital Privé Bois Bernard) 62, Comité Basque Lille, Comité Libérez-Les de soutien aux prisonniers et réfugiés politiques 59/62, Compagnie Jolie Môme, Coup pour Coup (31), Femmes en lutte (93), Les Amis de Joseph Tournel, association (62), Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Communiste Maoïste, Quartiers Libres, association, Voie Prolétarienne

 http://linter.over-blog.com/2017/04/jean-marc-rouillan.un-proces-en-appel-en-catimini-en-aucun-cas-sur-le-delit-retenu-un-risque-granve-pour-sa-liberte.c-est-bien-le-mi
 
  anti-facho  
    De la rengaine « Islamo-gauchiste » contre Rouillan 2017-04-24 08:38    
  En France, 7 milliardaires (marchands d'armes, banquiers…) détiennent 95 % de la production journalistique. Autant dire qu'il ne reste pas grand-chose à espérer du « droit de savoir ». Autant dire également, que les médias sont donc quasi totalement dédiés à une propagande permanente propre à détourner l'attention vers des cibles bien pratiques. D'un point de vue purement politique, l'extrême gauche, d'autant plus lorsqu'elle s'affirme farouchement anticapitaliste, est un marronnier !

Déjà à l'époque des régionales de 2010, la rengaine « l'extrême gauche est remplie d'Islamo-gauchiste » avait été empruntée aux plus abjectes sites d'extrême-droite pour remplir les colonnes des médias mainstream… Et depuis, toute occasion est bonne pour associer systématiquement les militants d'extrême gauche à toute campagne islamophobe. Ainsi on peut lire dans Le Monde «... Mais simplement une confirmation de l'alliance de cette secte politique avec le fondamentalisme islamique... », Le Figaro intitule un dossier « Extrême-gauche et Islam : une alliance contre-nature ? ». Attentats contre Charlie Hebdo ? Marianne qualifie l'extrême gauche de « complices des djihadistes ». Attentats du 13 novembre ? « l'extrême gauche saccage le mausolée aux morts ». C'est donc une liste sans fin de dénaturation des positions de notre courant politique qui Oui !est farouchement opposé à l'islamophobie, Oui ! est convaincu que les guerres néocoloniales ne sont pas une solution, Oui ! Condamne fermement l'état d'urgence et la perte de libertés qui en découle…

Aujourd’hui, c'est au tour de notre camarade Jean Marc Rouillan de faire les frais de cette campagne qui n'a pas de nom… Propos déformés, sortis de leur contexte, ministres se pressant devant les caméras pour exiger qu'on renferme l'animal… Pathétique spectacle de détournement d'attention à la veille d'une mobilisation puissante contre la destruction du code du travail, au sein de laquelle l'extrême gauche porte les arguments les plus dévastateurs…

Nous ne sommes pas dupes (comment pourrait-on l'être?) de la mécanique en œuvre… C’est la même mécanique qui assassine Rémy Fraisse, la même qui condamne les Goodyear, les Air France, la même également qui, nous accusant tou-te-s d'être des suppôts de Daech, remet, dans la même semaine, la légion d'honneur à l'un de ses principaux financiers…

Nous ne céderons pas aux injonctions du « Not in my Name », imposées à chaque musulman-e-s ou supposé-e-s l'être de ce pays après chaque attentat d'extrémistes religieux. Nous ne justifierons rien, juste de notre soutien total à notre camarade Jean Marc Rouillan, car nous savons qui nous sommes, ce que nous voulons et ils ont bien raison les 7 milliardaires de nous craindre ! La perspective de cet autre monde-là les « terrorise »? Comme nous les comprenons…
 
  Véro Sarah, Fadéla  
    Claude Guillon gagne son procès contre J-M Rouillan 2017-04-28 13:34    
  Le procès de notre camarade Jean-Marc Rouillan avait eu lieu sans que se soit manifesté son principal témoin à charge, l’ex-libertaire repenti Claude Guillon, qui avait pourtant épluché le dossier et accumulé une quantité impressionnante de charges contre l’ancien militant d’Action directe. On attendait donc au moins sa présence au tribunal pour développer son réquisitoire aux côtés des parties civiles, de la proc et des juges. Un réquisitoire qui annonçait la couleur sans fioritures :

 https://lignesdeforce.wordpress.com/2016/03/21/jean-marc-rouillan-doit-se-taire-non-parce-que-letat-le-lui-impose-mais-parce-que-les-enormites-qui-sortent-de-sa-bouche-nuisent-a-la-cause-quil-pretend-defendre-et-a-lui-meme-acc/

Aujourd’hui, la sentence est tombée et on voit que la justice a suivi point par point les instructions de Claude Guillon (toujours courageusement absent) pour faire condamner Jean-Marc Rouillan. Tout y est, avec en supplément un bonus spécialement adressé aux « révolutionnaires » au cas où l’appel du pied à la magistrature ne suffirait pas.

On remarquera que la hargne de l’inquisiteur ne s’adresse pas seulement à Jean-Marc, mais à l’ensemble des camarades qui ont eu l’outrecuidance de lui manifester une solidarité sans demander auparavant la permission de Claude Guillon…

Nous avons connu Claude Guillon quand il jouait les trublions de la mouvance libertaire et qu’il donnait l’impression de bousculer la bien-pensance de ses institutions officielles.

Nous l’avons soutenu quand on l’accusait de négationnisme ou de sexisme, en réaction contre les Didier Daeninckx et autres défenseurs de la pensée dominante, en ayant la naïveté de croire que les ennemis de nos ennemis devaient être nos amis et que c’est forcément lui qui avait raison.

Nous l’avons perdu de vue quand il est peu à peu rentré dans le rang et préféré vendre ses livres et ses « idées » en retournant dans le milieu libertaire soft qu’il avait tant critiqué auparavant.

Et nous l’avons retrouvé avec stupéfaction aux côtés de nos ennemis, précisément les héritiers de Daeninckx, auprès desquels il a fait repentance au point de les dépasser dans la chasse aux sorcières dont il avait lui-même fait l’objet dans sa « période libertaire ». Il fait maintenant la chasse aux révolutionnaires qui n’ont pas suivi la même voie que lui, notamment les anti-islamophobes et les antisionistes, dans des pamphlets qui resteront des modèles de novlangue.

Mais ce n’était pas suffisant : devançant la justice et rejoignant les médias du pouvoir, il s’est érigé en procureur de la République pour juger le « cas Rouillan » !

« Jean-Marc ROUILLAN doit se taire, non parce que l’État le lui impose, mais parce que les énormités qui sortent de sa bouche nuisent à la cause qu’il prétend défendre » ! ! !

On se demande bien en quoi la « cause » que défend Jean-Marc Rouillan pourrait regarder Claude Guillon, qui est du côté de nos ennemis et qui n’a donc aucune légitimité à parler à la place des révolutionnaires ni prétendre savoir ce qui nuit ou non à leur cause. Quel rapport entre la « cause » que défend Jean-Marc et la « cause » que défend Guillon ? Il faudrait que ce triste personnage arrête de parler de la « cause » des autres À LEUR PLACE !

Guillon va plus loin que la justice française, qui se contente de juger les ennemis de l’Etat. Lui, il s’arroge le droit de juger de l’intérieur et de l’extérieur, en tant que procureur de la République d’un côté et de l’autre en se faisant passer pour un révolutionnaire à qui Jean-Marc aurait fait du tort en le discréditant aux yeux de son public !

Il est remarquable de constater que la merde qu’a publiée Guillon TROIS MOIS AVANT LE PROCÈS, avant même la plainte des parties civiles et simultanément aux éructations des médias poubelle, a été reprise POINT PAR POINT au moment du procès par les sbires de l’Etat, à se demander s’ils ne s’en sont pas simplement inspirés. Le repenti Claude Guillon a devancé de trois mois les réquisitoires de la procureure et des avocats des parties civiles contre ceux qui ne renient pas leur passé révolutionnaire ! Tous ses « arguments » ont été exploités :

Jean-Marc ne condamne pas les attentats, il se contente de rester « neutre » :

« Neutre ! Évoque la Croix rouge (mais sans trousse de secours) et le chocolat suisse. Le tout au milieu des cadavres de Charlie et des trottoirs parisiens… Au minimum, je dis bien au minimum, c’est une colossale maladresse. Le genre d’énorme connerie qui te fait chasser de ton organisation politique et interdire de tribune jusqu’au siècle suivant. Mais Rouillan, quoique stalinien, n’est plus membre d’aucune organisation, depuis qu’il a fait la grâce au NPA de le quitter. » [sic] »

Sur la notion de « courage » :

« les islamistes assassins de caricaturistes, de juifs, de juives, de buveurs et de buveuses de bière en terrasse, il les trouve « très courageux ». »

Soupçons d’antisémitisme, indispensable à toute chasse aux sorcières :

« On a quand même beaucoup entendu dire, dans « notre courant politique » (je reprends de confiance l’expression de la pétition) que, quand même ! fréquenter un établissement où avaient été donnés des galas en faveur de l’armée israélienne, c’est sinon un crime, au moins une imprudence. Si ! si ! Ça c’est beaucoup dit, chez les inorganisés, mais pas seulement. C’est une « opinion » qui a du être combattue dans des organisations d’extrême gauche, et non sans mal… »

« Même si « toute théocratie est un régime ennemi » et qu’il considère Daech comme État. Dommage que dans cette phrase, le premier exemple qui lui vienne à l’esprit soit, non pas Daech, dont on parle, mais Israël… »

Déformation de ce que Jean-Marc a dit, utilisé par les médias et repris ensuite par la justice et par Guillon :

« autrement dit, pense le crétin, un jeune arabe de nos banlieues est moins coupable de tuer des filles en minijupe à la terrasse d’un café que le tireur du bombardier d’écraser des filles en tchador. Le crétin ne sait pas (c’est à ça aussi qu’on le reconnaît) que l’armée emploie même des assassins « issus de la diversité », comme on dit sottement. Les flics noirs et arabes, il ne les voit pas. Il pense que les jeunes arabes ont un destin de révoltés — pour venger les guerres coloniales — et que bon, c’est un peu ballot d’avoir flingué n’importe qui, mais bon… »

« Je reviens à la déclaration qui établit, hélas ! qu’il n’y a dans mon analyse aucune « exagération ». Quand on demande à Rouillan pourquoi il semble si réticent à « condamner » les tueries et leurs auteurs, ils se réfère à son expérience de pratiquant de la lutte armée.

« Notez bien que Rouillan ne s’abstient pas de toute critique à l’égard des tueurs de Daech, qu’il refuse néanmoins de condamner moralement et politiquement : il les traite d’ « impies », parce qu’ils auraient outrepassé je ne sais plus quelle prescription coranique »

Interprétation délirante que même les médias du pouvoir n’avaient pas osé formuler :

« Rouillan espère, semble-t-il, que le dialogue est encore possible avec Daech ou bien des gens qui veulent le rejoindre, on ne sait pas… Du coup, il se met en avant comme intermédiaire possible : quelques minutes après son « aveu » qu’au hasard de la vie, il aurait aussi bien pu flinguer des buveurs d’apéritif, il affirme : Il y a des mouvements, comme le Hezbollah, qui pensent que je suis quelqu’un de bien intentionné. Rouillan se propose là — je ne sais pas si l’on a bien pris bien la mesure de son dévouement — rien moins que de nous sauver. En effet, comme il le souligne justement, il ne manque pas de fanatiques (le mot est de moi), armés de mitraillettes, qui pensent que nous ne sommes pas beaucoup à mériter de l’être, sauvé(e)s, en occident. Rouillan se propose, si je comprends bien, de leur dire quelques mots en notre faveur. »

Et la cerise sur le gâteau :

« Je reviens à la déclaration qui établit, hélas ! qu’il n’y a dans mon analyse aucune « exagération ». Quand on demande à Rouillan pourquoi il semble si réticent à « condamner » les tueries et leurs auteurs, ils se réfère à son expérience de pratiquant de la lutte armée. Soulignons qu’il se réfère ici à Action directe sans avoir évidemment consulté ses camarades, ce qui donne une idée, pour les naïfs et les naïves qui ne se s’en seraient pas fait une, de la manière « démocratique » dont se prenaient les décisions à AD. C’est-à-dire sans se préoccuper du tort que cela pouvait causer aux autres (en liberté ou en taule). » [sic]

Ce crétin, qui prétend tout savoir sur AD et son fonctionnement interne, et même si Jean-Marc a ou n’a pas « consulté ses camarades », n’a pas encore compris qu’AD n’existe plus depuis longtemps, ce qui prouve encore une fois que sa haine des non-repentis est le seul motif de ses saloperies.

Pour revenir au concept de « courage », dont Guillon donne la même interprétation que la justice française, on peut dire qu’il en manque singulièrement, sinon il serait venu au procès étant donné que ses griefs contre Jean-Marc sont encore plus grands que ceux des familles des victimes. Il aurait même pu se porter partie civile pour glaner au passage un peu de sous et améliorer ses revenus de rentier. Les avocats de l’accusation ont réclamé plusieurs milliers d’euros pour les familles et pour eux-mêmes. Et Guillon, combien aurait-il demandé ?

Mais il lui aurait fallu pour ça affronter le mépris et les crachats de celles et ceux qui étaient là et dont il a l’impertinence d’essayer de récupérer les idées « révolutionnaires », et il a préféré s’abstenir.

 http://bellaciao.org/fr/spip.php?article151803
 
  Belladonna  
  > Ajouter un commentaire  
 
Prends l'information en mains
Text Paraphysique de la haine
25-07-2017 06:11 - Patrice Faubert
Text Paraphysique de pathognomonie
23-07-2017 09:07 - Patrice Faubert
Text Stéréotypie des idéologies dominantes
20-07-2017 07:24 - Patrice Faubert
Text L'anarchie contre l'idéologie
17-07-2017 06:01 - Patrice Faubert
Text L'anarchie contre l'idéologie
17-07-2017 05:58 - Patrice Faubert
Image Misère du « subversivisme »
17-07-2017 04:20 - Freddy GomeZ
Text libertaires, l’intersectionnalité, les races, l’islamophobie
17-07-2017 00:58 - http://www.grand-angle-libertaire.net
10 commentaires
Text Biomorphisme anéchoïque
15-07-2017 09:34 - Patrice Faubert
Text « races sociales », racialisme, racisme
13-07-2017 13:40 - LadJ&dprintemps
7 commentaires
Text Impostures d'impostures
13-07-2017 06:19 - Patrice Faubert
Text Oui la race ça nous agace et ça nous emmerde !
12-07-2017 13:05 - Antifascistes multiculturalistes et internati
8 commentaires
Image Les Français juifs seraient-ils des citoyens à part ?
11-07-2017 09:22 - UJFP
1 commentaire
Text Enfants du smartphone, enfants de l'iPhone
10-07-2017 05:33 - Patrice Faubert
Text Paraphysique de blablalogie
09-07-2017 08:01 - Patrice Faubert
Text Houria Bouteldja Je combats mon intégration
08-07-2017 00:46 - Olivier Mukuna
5 commentaires
Text L’homme (de gauche) qui croyait à la barbarie
07-07-2017 17:34 - Najate Zouggari
3 commentaires
Text Défendre la liberté d’expression partout en France !
07-07-2017 13:11 - Khamsa fi 3aynkoum
5 commentaires
Text Paraphysique des cerveaux nazifiés
07-07-2017 06:00 - Patrice Faubert
Text Paraphysique de la synarchie
05-07-2017 09:49 - Patrice Faubert
Text Députés macronistes qui n'ont rien à envier au FN
03-07-2017 13:45 - Jerôme Martin
2 commentaires
Image Cinq réponses au « débat sur l’identité nationale »
03-07-2017 13:35 - Pierre Tevanian, Sylvie Tissot
3 commentaires
Text Insupportable ingérence du CRIF
03-07-2017 13:26 - AFPS
Text Manifeste pour un antiracisme politique
03-07-2017 10:55 - Eric Fassin
3 commentaires
Text Biopsychosociologie de la vie marchande ou Pornification
03-07-2017 05:50 - Patrice Faubert
Text Emmanuel Macron soutient la légitimité de Bachar Al-Assad
01-07-2017 17:01 - Revolution et libertés
1 commentaire
Text L’anti-racisme dit « politique » : normalisation, religiosit
30-06-2017 10:27 - Fleurs
2 commentaires
Text Les résultats de l'islam politique aux législatives 2017 [Fr
30-06-2017 10:21 - Carla Parisi
Text Homophobie décoloniale : Être l’homo du PIR, ou ne pas l’êtr
30-06-2017 09:41 - Les amis de Juliette et du printemps
2 commentaires
Text Les positions bourgeoises de l’UJFP
30-06-2017 09:33 - -
6 commentaires
Text Les soupapes de sécurité
30-06-2017 06:28 - Patrice Faubert
Image Être Sioniste & Antisémite
29-06-2017 14:48 - YASSER LOUATI
6 commentaires
Text Utiliser le mot « race » ?
29-06-2017 14:40 - mignon chaton
3 commentaires
Image Gaza : un crime contre l'humanité
29-06-2017 14:28 - Bureau national de l’UJFP
2 commentaires
Text Soutien à Houria Bouteldja et à l’antiracisme politique
29-06-2017 13:32 - UJFP
Image Non, l’antiracisme politique n’est pas racialiste !
29-06-2017 13:23 - Les ennemis de Juliette
Text Halitose
27-06-2017 06:27 - Patrice Faubert
Text Verbatim
25-06-2017 07:48 - Patrice Faubert
Text Assemblée en mixité révolutionnaire et non-mixité de classe
24-06-2017 01:45 - révolutionnaires contre le racialisme et son
2 commentaires
Image Une note de lecture critique de « La fabrique du musulman»
22-06-2017 23:33 - souslaplagelespaves.noblogs.org
3 commentaires
Text Allo ?
22-06-2017 11:24 - Faubert Patrice
Image La non-mixité : une nécessité politique
21-06-2017 15:09 - anti-sexisme
1 commentaire
Image Gaza : vers un nouveau massacre, pire que les précédents
21-06-2017 14:17 - Gideon Levy
Text Contre obsession religieuse raciale - fabrique du « musulman
21-06-2017 14:10 - Nedjib Sidi Moussa
7 commentaires
Text Le fantôme d'Ernest Coeurderoy
20-06-2017 06:39 - Patrice Faubert
Text Psychosomatique de radioactivité
18-06-2017 09:51 - Patrice Faubert
Text La fausse conscience, conscience de l'imposture
16-06-2017 07:11 - Patrice Faubert
Image L’ islamisme n’ est pas une Religion !
15-06-2017 18:24 - Des portes paroles du collectif
7 commentaires
Image L’islamophobie n’est pas une opinion
14-06-2017 22:02 - iaata
1 commentaire
Text Déficit informationnel ou mur de Kardashev
14-06-2017 09:46 - Patrice Faubert
Text Décines : pas d’islamistes au centre culturel !
14-06-2017 01:46 - collectif "ILS N’AURONT PAS NOTRE SILENCE "
3 commentaires
>> Archives newswire <<