Startseite | Gemeinsame Startseite | Publizieren! | Feature Archiv | Newswire Archiv | Trasharchiv


Über Indymedia.ch/de
Indymedia-Café
Editorial Policy / Moderationskriterien
Über Sprache sprechen - Sexismus in der Sprache
Wie kann ich auf Indymedia.ch publizieren / Allgemeines zu Medienaktivismus
Kontakt
Wiki
Mailingliste
Medienaktivismus
Gedanken zu Provos & Fakes
Links









 
www.indymedia.org

Projekte
print
radio
satellite tv
video

Afrika
ambazonia
canarias
estrecho / madiaq
kenya
nigeria
south africa

Kanada
london, ontario
maritimes
montreal
ontario
ottawa
quebec
thunder bay
vancouver
victoria
windsor

Ostasien
burma
jakarta
japan
korea
manila
qc
saint-petersburg

Europa
abruzzo
alacant
andorra
antwerpen
armenia
athens
österreich
barcelona
belarus
belgium
belgrade
bristol
brussels
bulgaria
kalabrien
croatia
cyprus
emilia-romagna
estrecho / madiaq
euskal herria
galiza
deutschland
grenoble
hungary
ireland
istanbul
italy
la plana
liege
liguria
lille
linksunten
lombardia
london
madrid
malta
marseille
nantes
napoli
netherlands
nice
northern england
norway
nottingham
oost-vlaanderen
paris/île-de-france
patras
piemonte
poland
portugal
roma
romania
russia
sardinien
schottland
sverige
switzerland
thorn
toscana
toulouse
ukraine
großbritannien
valencia

Lateinamerika
argentina
bolivia
chiapas
chile
chile sur
brasilien
sucre
colombia
ecuador
mexico
peru
puerto rico
qollasuyu
rosario
santiago
tijuana
uruguay
valparaiso
venezuela

Ozeanien
aotearoa
brisbane
burma
darwin
jakarta
manila
melbourne
perth
qc
sydney

Südasien
india
mumbai

Vereinigte Staaten
arizona
arkansas
asheville
atlanta
austin
austin
baltimore
big muddy
binghamton
boston
buffalo
charlottesville
chicago
cleveland
colorado
columbus
dc
hawaii
houston
hudson mohawk
kansas city
la
madison
maine
miami
michigan
milwaukee
minneapolis/st. paul
new hampshire
new jersey
new mexico
new orleans
north carolina
north texas
nyc
oklahoma
philadelphia
pittsburgh
portland
richmond
rochester
rogue valley
saint louis
san diego
san francisco
san francisco bay area
santa barbara
santa cruz, ca
sarasota
seattle
tampa bay
tennessee
united states
urbana-champaign
vermont
western mass
worcester

Westasien
armenia
beirut
israel
palestine

Themen
biotech

Intern
fbi/legal updates
mailing lists
process & imc docs
tech
volunteer
 
 :: Paris-Caen : une critique de "Génération Ingouvernable" ::
 Themen | Anti-Kapitalismus/Globalisierung | Medien/Netzaktivismus 20-02-2017 06:28
AutorIn : L' assemblée autonome
à propos de "Génération Ingouvernable"


SOYONS INGOUVERNABLES ! C’EST PAR CE SLOGAN, que nous pourrions faire nôtre, que tente de se propager un mouvement de perturbation de la campagne présidentielle. Si nous nous sentons ingouvernables, et entendons nous opposer à cette campagne, ce n’est pourtant pas au nom de la même ingouvernabilité que ceux et celles qui ont pris le parti de le lancer. A la suite de la tradition anarchiste et antiautoritaire, c’est bien le pouvoir, la représentation et les formes de lutte indirectes que nous souhaitons anéantir. Les ingouvernables ne visent quant à eux et elles qu’à destituer le pouvoir actuel. Mais sans préciser ce qu’ils et elles entendent lui substituer.

Le week-end de rencontres "Génération ingouvernable" organisé à Paris le 28 et 29 janvier dernier a sonné le point de ralliement. A la suite d’A l’abordage, campagne contre l’université d’été du PS à Nantes annulée par crainte de relancer l’opposition à la loi travail, et Les élections n’auront pas lieu qui lui a fait suite, ces rencontres ont réunis communistes sans Partis, nuit deboutistes, Insurrectionnalistes qui viennent, des militants et des militantes du NPA ou du Front de gauche, quelques Négristes, et quelques libertaires. Dès l’origine, le fond de l’air est indéniablement rouge. Comme dirait l’autre : "Ca sent la grisaille soviétique retouchée à photoshop".

Que ressort-il de l’appel initial ? Qu’une génération est en marche. Elle regrouperait pêle-mêle, les occupants et occupantes de la ZAD, les manifestant-es des cortège de tête, les animateurs et animatrices de lieux occupés. Cet appel entend dès son origine représenter un ensemble d’expérimentations et de luttes en cours ou achevées. A la classe de jadis, se substitut la Génération et le Mouvement, et au Parti, des rencontres et l’activation de réseaux. Mais c’est bel et bien sur le front de la représentation que ne manquent pas de s’orienter ces rencontres.

C’est d’une génération que l’on vante les mérites et le commun. Étrange génération pourtant que celle dans laquelle quelques vieux briscards et vieilles briscardes d’entre nous croisent de vieux visages connus ou inconnus. Mais pour ces publicitaires l’important n’est pas tant la vérité que toucher le cœur de cible. Depuis le terme génération a été mis de côté, sans doute sous l’impulsion des communistes, en mal de lutte des classes. Mais ce qui est toujours là, c’est bien davantage la volonté de propager le chaos, que de vivre l’insoumission.

Comment fonctionnent ces ingouvernables ? Tout cela reste flou. Des rencontres, des comités ou des assemblées locales, un Facebook pour recenser les activités. Nous sommes ainsi, activistes, assemblées de lutte, collectifs, lieux occupés ou loués, appelés à soutenir les ingouvernables, à envoyer nos compte-rendu d’activités, le tout sans nul doute animé par cette fameuse intelligence collective qui est au nouveau mouvement radical, ce que la main invisible est à l’économie : la promesse d’une bonne claque dans la gueule !

En clair, on nous demande, dans cette novlangue si orwellienne, de devenir des ingouvernables gouvernés, mû par un état major invisible et insaisissable. Or pour notre part nous n’entendons pas plus accepter d’être gouvernés par des politiciens et des politiciennes professionnels qui se succèdent sur les plateaux télé en temps d’élection que par des managers de lutte.

Parce que pour nombre d’ingouvernables le rapport au pouvoir et la représentation est plus qu’ambivalent.

Pour certains, comme certains et certaines insurrectionnalistes qui viennent, élu-e-s des « territoires qu’ils et elles habitent », jeudi ça peut être sbeule, et le lundi Conseil Municipal.
Pour d’autres, voter ou ne pas voter, n’est pas la question, et l’est d’autant moins que certains et certaines annoncent déjà qu’ils iront porter leur tribu pour faire barrage à un ou une Trump à la française.
Caen ingouvernable n’est pas en reste. Tout d’abord en acceptant de répondre à cet appel à enrôlement. Ensuite en acceptant de reproduire le même flou artistique : "Si nous sommes en mesure de déléguer le pouvoir, d’être gouverné-e-s, nous ne sommes pas que cela. Nous sommes également ingouvernables." Tout vise à maintenir la même composition susceptible d’unir du NPA au RRC en passant par les syndicalistes de lutte. Le samedi c’est tentative de sbeule, le lundi collage électorale ou participation au CA de la fac. Ce qu’il faut rendre ingouvernable c’est bien davantage la situation que son rapport au monde. Ce qui est attaqué, ce n’est pas le pouvoir et la délégation en tant que tels, mais le fait de ne pas le détenir. Quant à voter ou ne pas voter c’est d’autant moins la question qu’elle pourrait conduire à diviser les troupes, et que c’est des troupes qui sont recherchées.

POUR NOTRE PART NOUS N’ATTENDONS PLUS RIEN DE CE NÉANT. C’est à partir d’une toute autre position, moins portée par des visées stratégiques et politiques que par une éthique révolutionnaire que nous appelons à perturber le jeu électoral. Il nous semble important d’affirmer une présence commune qui vise à saper le rapport au pouvoir et à la représentation, tant dans nos vies quotidiennes que dans nos luttes, et d’insuffler un autre souffle à cette période.
Nous ne visons pas plus la destitution du pouvoir car nous ne souhaitons pas nous y incarner du tout, nous visons juste sa destruction. Cette période électorale est donc pour nous l’occasion d’articuler l’anti électoralisme et l’incarnation d’un tel refus via une capacité d’intervention autonome à travers des initiatives variées telles que par exemple la perturbation des campagnes et des permanences électorales, l’organisation de concerts de soutien à l’abstention, etc. Il est temps de fédérer les énergies car il y en a. Cet appel à contrecarrer cette mascarade électorale, mais pas que, nous l’espérons le plus contagieux et le plus extensif possible. Parce qu’aucune élection ne saurait jamais consommer notre soif de liberté même dans le meilleur des mondes !
 :: Keine Ergänzungen Ergänze diesen Artikel (.onion)
GNU Free Documentation License 1.2 Sämtlicher Inhalt auf Indymedia Deutschschweiz ist verfügbar unter der Creative Commons Attribution-ShareAlike 2.0 Germany.
Für sämtlichen Inhalt der jeweiligen Beiträge unter Indymedia Schweiz und Indymedia Deutschschweiz sind nur die jeweiligen AutorInnen verantwortlich!
Indymedia Schweiz läuft mit MIR 1.1
Use GNU!